E-santé : enjeux, difficultés et l’impact de la Covid-19

//E-santé : enjeux, difficultés et l’impact de la Covid-19

E-santé : enjeux, difficultés et l’impact de la Covid-19

« La crise de la Covid-19 joue un rôle d’accélérateur pour le numérique en santé auprès de l’ensemble des acteurs. L’usage de la télémédecine continue de progresser auprès des médecins de ville. »

Monsieur Rémy Teston accompagne les entreprises du monde de la santé dans leur transformation numérique. Il est également conférencier et membre du bord pédagogique du MBA DMB Health de l’EFAP.

Il nous explique lors de cet entretien, l’importance de l’e-santé, ses enjeux, ainsi que l’impact qu’à eu la pandémie Covid-19 sur cette pratique.

Bonjour Monsieur TESTON,

  1. En tant qu’expert digital et conférencier en E-Santé, pouvez-vous nous préciser quels sont les enjeux de l’e-santé ?

Aujourd’hui le numérique est omniprésent dans le monde de la santé. L’ensemble des acteurs s’approprient peu à peu les solutions e-santé développées, du patient aux professionnel de santé, en passant par les associations, industriels ou établissements hospitaliers.

La crise de la Covid-19 joue un rôle de catalyseur dans la transformation digitale des acteurs de santé avec de nombreux enjeux, dont :

• Téléconsultation : capitaliser sur les usages créés et accompagner les professionnels de santé pour permettre un véritable décollage de la téléconsultation en France.
• Favoriser le recours aux techniques de l’intelligence artificielle comme le drug design, le in sillico ou le deep learning, pour accélérer et simplifier la recherche médicale, tout en veillant à une juste utilisation éthique.
• La cybersécurité doit être centrale dans le déploiement de solutions e-santé, afin de garantir la protection des données et en faciliter l’usage en créant de la confiance.
• Déployer une véritable gouvernance e-santé en France à travers le plan Ma Santé 2022 avec des infrastructures socles interopérables avec tous les acteurs de santé.
• Favoriser le recours à la gamification pour la formation des professionnels de santé ou les actions de préventions auprès des patients ou du grand public.
• Créer des usages et l’appropriation par les professionnels de santé des solutions de santé connectées pour la pratique médicale ou la prise en charge des patients
• Intensifier la lutte contre les fake news notamment sur les médias sociaux
• Lutter contre la fracture numérique et la désertification médicale
• Déployer de nouveaux services en pharmacie autour de la livraison et délivrance de médicaments

2. Quels sont les éventuelles difficultés/contraintes liées aux pratiques e-santé ?

Aujourd’hui, il existe plusieurs freins au déploiement de la e-santé.

Un des premiers freins se situe au niveau de l’absence de gouvernance qui sera prochainement palier en France avec le plan Ma Santé 2022 et qui permettra de créer des plateformes favorisant le déploiement de solutions e-santé. Il existe un trop grand morcellement des solutions avec des silos et peu d’interopérabilité entre celles-ci.

Un autre frein est celui de l’appropriation des solutions numériques par les professionnels de santé. Certaines solutions se généralisent autour de la prise de rendez-vous en ligne ou les messageries sécurisées mais les solutions connectées par exemple peinent à les convaincre.

Cette appropriation et les usages par les professionnels de santé ou les patients, notamment des solutions connectées et mobiles, sont limités par l’absence de véritable référentiel des solutions existantes. Il n’existe pas aujourd’hui de référentiel public ou une certification permettant de trier les solutions déployées prenant en compte la viabilité scientifique, technique et les aspects de sécurisations, notamment des données.

3. Pensez-vous que la pandémie Covid-19 soit un accélérateur pour le déploiement/développement de l’e-santé ? (ex. Télémédecine, m-santé…)

La crise de la Covid-19 joue un rôle d’accélérateur pour le numérique en santé auprès de l’ensemble des acteurs. L’usage de la télémédecine continue de progresser auprès des médecins de ville.

Certains acteurs, comme l’industrie pharmaceutique, accélèrent leur transformation digitale pour face aux nouveaux enjeux générés par la crise.

De nouveaux usages ont été créés par cette crise auprès des patients ou professionnels de santé. L’enjeu est donc de proposer des solutions pérennes pour y répondre.

4. Quelles sont les solutions e-santé concrètes qui ont été déployées depuis le confinement ?

Durant le confinement, des solutions ont émergé pour favoriser le diagnostic et la prise en charge des patients ou l’information du grand public.

Depuis le déconfinement, la plupart des solutions déployées restent pérennes comme l’application Covidom ou la plateforme Mes Conseils Covid. Les plateformes de téléconsultations comme Doctolib ou MesDocteurs continuent d’enregistrer un grand nombre d’utilisateurs.

Enfin, l’application Stop Covid déployée par le gouvernement doit permettre d’identifier les personnes touchées par le virus et de les suivre dans leurs déplacements.

5. Qu’auriez-vous à conseiller aux pays qui n’ont toujours pas intégré les pratiques e-santé ?

Pour favoriser le déploiement de la e-santé, il est tout d’abord nécessaire de mettre en place une véritable gouvernance avec des infrastructures stables et sécurisées favorisant le déploiement de solutions aussi bien pour la pratique des professionnels de santé que la prise en charge des patients ou le bon fonctionnement des établissements de santé.

Il faut également mettre en place un écosystème favorable à l’innovation en permettant l’éclosion de solutions pérennes développées par des start up, des industriels ou autres acteurs de santé.

Enfin, un enjeu majeur est l’accompagnement des professionnels de santé et du grand public dans l’appropriation des solutions e-santé via de la formation ou de la prévention.

By | 2020-09-07T18:29:04+00:00 septembre 7th, 2020|Categories: MBADMB|Tags: , , |0 Comments

About the Author:

Leave A Comment