La monnaie virtuelle

//La monnaie virtuelle

La monnaie virtuelle

La cryptomonnaie a été lancée en 2009 en réaction à la crise financière de 2008, c’est une monnaie électronique permettant d’effectuer des transactions en passant par une validation cryptographique.

C’est un réseau de paiement sur internet, ouvert, décentralisé, accessible à toute personne munie d’un smartphone et indépendant des institutions publiques ou privées.

Ces cryptomonnaies peuvent ensuite être échangées sur les plateformes d’échange, elles permettent également de rémunérer les nœuds du réseau qui valident les transactions sur le réseau, ce qui permet de se libérer des tiers de confiance telles que les banques, institutions financières, États, sociétés.

Aujourd’hui, il existe des milliers de cryptomonnaies, si chacune dispose de ses avantages particuliers nous pouvons néanmoins citer quelques avantages qui font de la plupart des cryptomonnaies, un moyen de révolutionner les transactions qu’elles soient monétaires ou non : 

  • La désintermédiation : La technologie et le fonctionnement transparent de la Blockchain produisent une confiance nécessaire pour que des agents utilisateurs réalisent des échanges monétaires sans nécessiter le contrôle d’un tiers de confiance (banque, notaire). 
  • La sécurité : L’architecture décentralisée et le code des blocs garantissent l’inviolabilité des informations.  La sécurité est assurée par 2 mécanismes :
  • Un procédé cryptographique : le code de chaque bloc est lié au code de celui qui le précède, la modification d’un bloc entrainerait ainsi la modification de toute la chaîne.
  • Un aspect décentralisé qui implique une réplique de l’ensemble des blocs dans chaque nœud du réseau, cela permet de ne pas risquer une perte de données.
  • L’autonomie : La création d’une cryptomonnaie rémunère les coûts d’infrastructure. En effet, la puissance de calcul et l’espace d’hébergement sont fournis par les nœuds du réseau.

Les « mineurs » qui assurent le fonctionnement des transactions sur la Blockchain, fournissent le matériel, la puissance de calcul et l’espace de stockage, en échange de quoi ils reçoivent des cryptomonnaies.

Il existe plusieurs monnaies virtuelles telles que :

Le bitcoin est la première monnaie virtuelle, on transfère de la valeur aussi simplement qu’on envoie un e-mail. C’est un transfert de propriété par signature numérique d’une personne à l’autre sans avoir à rendre des comptes à un tiers de confiance bancaire.

Le bitcoin est une technologie expérimentale qui propose un remède anti-crise encore très jeune, certes un brin utopiste, très spéculatif, mais qui attend son heure, celle d’une possible adoption de masse quand le projet sera mûr et que le besoin se fera sentir.

 Il nous propose de faire confiance aux mathématiques et à la cryptographie plutôt qu’aux banquiers. Il ouvre une nouvelle ère : celle de l’affranchissement d’un tiers de confiance, une ère où les Etats n’ont plus le monopole de la création monétaire !

Le libra qui veut dire Balance en latin, est la monnaie virtuelle du réseau Facebook, son lancement est prévu pour le début de l’année 2020.

Lors de sa présentation en Juin 2018, le Libra reposera sur la technologie blockchain.

 Son objectif pour le réseau social : diversifier ses activités et générer d’autres sources de revenus.

Mark Zuckerberg estime qu’il devrait être aussi facile d’envoyer de l’argent à quelqu’un qu’une photo. Avec cette monnaie 100% numérique, Facebook veut permettre à ses utilisateurs de faire des transactions commerciales sur les différentes plateformes du réseau (Messenger, WhatsApp, Instagram). Ainsi, les usagers disposeront sur leur smartphone d’un porte-monnaie numérique, « Calibra ».

Cette cryptomonnaie devrait ainsi contribuer à fluidifier encore plus les transactions en ligne, et donc à dynamiser le commerce, notamment dans les pays aux monnaies instables, et auprès des populations éloignées du système bancaire traditionnel. 

Libra s’adresse surtout aux transferts d’argent entre particuliers, notamment pour les transferts de monnaie internationaux. 

Ces cryptomonnaies ont un grand avantage en termes de coûts de transfert par rapport à ce que vous payez si vous voulez envoyer de l’argent à l’étranger.

Le produit lancé par Facebook fonctionnerait avec des coûts réduits pour les utilisateurs. 

Le groupe Facebook ne se lance pas seul dans l’aventure. Pour ce projet, la firme est accompagnée de 27 groupes. Parmi eux, on trouve Visa, PayPal, Uber, Booking ou encore Iliad, maison mère de Free.

Facebook veut faire de Libra une monnaie globale et universelle, mais surtout non spéculative, contrairement au bitcoin. Libra sera gouvernée par Libra Networks, qui a été enregistrée le 2 mai à Genève (Suisse). Les spécialistes parlent de « stable coin », avec un taux de change dont l’évolution sera limitée et encadrée elle aura un taux de change fixe, basé sur le dollar, l’euro et le yen. 

Facebook ne compte pas monétiser sa Libra à son lancement. Ainsi, tout le monde pourra l’utiliser massivement et convertir en ligne ou en cash sa monnaie, sans avoir à payer de commission. L’idée étant de populariser au maximum cette nouvelle monnaie. Une fois celle-ci bien implantée, Facebook pourrait alors proposer des services payants, comme ceux proposés par les banques classiques.

                                                                                                     K. DEBBOUZ

By | 2019-12-11T10:50:12+00:00 décembre 11th, 2019|Categories: MBADMB|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment